PCB eco-friendly

Aujourd’hui, je vais parler de l’électronique associée à la lampe bonzai « Sekojuji » Jusqu’à ce jour, elle fonctionnait sur base d’un montage prototype sur breadboard, de quoi tester sans souder, mais pour pouvoir dire que le projet est terminé, il me fallait travailler sur quelques choses de bien organisé, soudé et compact.

 

Camera 360

 

De gauche à droite, je suis passé d’un Arduino Uno (5x7cm) et beaucoup de fils à un Arduino Mini (1,7x3cm) et de l’ordre :p
La prochaine étape serai de faire une découpe « fun » de la plaque PCB. J’aimerai aussi optimiser le type de connecteur et pour gagner encore un peu de place, je pourrai utiliser une plaque de cuivre double face. Les connecteurs « reset » ne sont probablement pas nécessaire non plus puisqu’on peut détacher l’Arduino Mini de son support et faire les upload de code ailleurs. Bref, des détails techniques…
L’important étant bien sûr de tester les techniques de gravures de circuit électrique/électronique.

Il existe deux techniques majeures sur base d’une plaque de fibre de verre recouverte d’une pellicule de cuivre.

Camera 3601/ La méthode mécanique où l’on grave le motif du circuit avec une fraise contrôlée par ordinateur (CNC)

C’est un test que j’ai complètement foiré ^^
La mèche conique ultra fine de 0,2mm s’est émoussée très rapidement au contact de la fibre de verre et j’ai perdu la finesse de gravure. Les pistes ont étés gravées mais le trait trop épais a complètement retiré le cuivre que je voulais garder :(
De plus, la plaque de PCB n’était pas parfaitement plate et la gravure qui doit être superficielle, n’était pas complète ou trop profonde par endroit. J’ai d’ailleurs réutilisé ce test foireux pour les tests suivant. Rien ne se perd…

Camera 3602/ La méthode chimique où l’on protège le cuivre à garder et on retire le reste par oxydation à l’acide.

Alors c’était pas mon premier choix parce que c’est toxique, les acides utilisés sont dangereux, ça pue etc… MAIS c’était sans compter sur l’intelligence collective du web car j’ai déniché une recette à base de vinaigre, d’eau oxygénée et de sel de table.
Et ça c’est cool.

 

 

Camera 360Le masquage se fait via un transfert papier. C’est une impression laser noir sur un papier glossy, pour que l’encre reste bien en surface. C’est pas cher et ça ne demande pas bcp de matos, pour un résultat plutôt pas mal du tout.

Je passe les détails volontairement, tout est déjà bien expliqué dans d’autres tutoriaux.

 

 

 

Camera 360L’opération est plus longue (3 à 4h) puisque les acides sont moins fort mais c’est moins dangereux et probablement plus écologique. Je me demande d’ailleurs si ça fonctionnerai avec un vieux kombutcha devenu vinaigre. :)

Sur la photo de droite, j’ai renouvelé la solution parce que j’avais l’impression qu’il ne se passait plus rien.

 

 

 

Une fois le cuivre éliminé, il nous reste un bel ensemble de pistes bien dessinée sur la plaque recouverte de l’encre protectrice. Celle ci est éliminée par un nettoyage au dissolvant pour vernis à ongle, easy.

Camera 360 Camera 360

 

 

Pour ceux que ça intéresse, je peux fournir plus de détails bien sur. Je voulais pas faire une note trop longue et pénible.

WAW, j’ai fais un circuit imprimé moi même 😀
Bon ok, c’est pas compliqué du tout comme le montre en video Sylvia dans son « Mini Maker Show »

Un commentaire

  1. aller vers ici   septembre 14, 2015 17:47 / Reply

    Ce genre article simple et complet. J’adore !!!

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*