Rostock mini

Petit WIP (work in progress)
Pour ceux qui se demandent ce que je fabrique en ces temps de fêtes.
Hé bien, c’est simple, je m’imprime une nouvelle imprimante 3D. Comment ?! Et oui, je sais, c’est fou.

Mon but était, dans un premier temps, de démonter des imprimantes jet d’encre et autres scanners pour en récupérer les axes, les moteurs et autres petites pièces qui pourraient me servir à fabriquer une petite CNC de bureau (surface de travail +-A4)

Imprimante démontée, pièces qui m’intéresse.
des tiges d’acier, des moteurs à pas, des courroies.

Puis, en me baladant tranquilou dans l’univers des choses (thingivers.com) j’ai trouvé ça : la Rostock Mini
Une imprimante 3D basée non pas sur un espace cartésien habituel XYZ mais un espace parallèle. +- quoi :p … la théorie est complètement floue pour moi.
Je m’explique, au lieu que les chariots ne se déplacent selon une combinaison de mouvements sur X, Y et Z (plan orthogonaux 3d, classique), ceux ci se déplacent sur 3 colonnes Z.
La tête d’extrusion est suspendue au centre par des tubes rigides, ce qui forme une pyramide inversée, la tête en est le sommet.
Donc dès qu’un point de sa base se déplace, le sommet se déplace. Logique.

Alors, voilà j’ai craqué, la petite CNC va attendre, je commence plutôt par cette imprimante.
Elle est plus précise, plus rapide et c’est un très bon entraînement pour maîtriser la technique qui se cache derrière.

J’ai déjà imprimé 5 des éléments de structures d’une des 3 colonnes. J’ai pu modifier les fichiers dans OpenSCAD pour adapter en fonction des diamètres des axes de récup’ qui ne sont pas standard. (J’ai trouvé du 9, 2×9.5 et 10mm)
J’ai même eu la chance de trouver un « roulement » en SCAD, à imprimer aussi, indispensable pour m’adapter aux tiges. Sans ça, j’allais devoir en acheter des neuves avec leur roulement.

Point de vue financier. c’est intéressant oui, car que je récupère déjà 220€:
– 6 tiges d’aciers neuves et leur roulements (+-60€)
– 4 moteurs à pas (4×15€)
– un alim’ de PC (sûrement 100€)

Il me faudra acheter un contrôleur Sanguinololu (40€ à souder DIY) + 4 drivers rouge (4×7€, photo ci dessus), un lit chauffant (20-30€, ou à faire soi-même) et le plus important, l’extrudeur (60-70€)
+ encore beaucoup de visseries et des petits accessoires. Tout le reste, je l’imprime à la maison.
En gros, ça devrai tourner dans les 200€. plutôt cool sachant que mon Makerbot d’il y a 1 an 1/2, m’a coûté 1000€ de plus. 😀

à suivre…

3 commentaires

  1. Anonymous   février 26, 2013 14:28 / Reply

    Bravo,
    Je serais tenté d’en faire de même.
    Laurent (le grand de chez RealizeBXL)

  2. Antoine Petrignani   septembre 12, 2013 15:43 / Reply

    Bonjour,
    As-tu avancé sur ton imprimante 3D?

    • Nicolas   août 5, 2014 15:54 / Reply

      non, malheureusement un portion du plafond en plâtre lui est tombé dessus après une démonstration dans mon garage. De nombreuses pièces sont à réimprimer et ce projet est retombé en status « non prioritaire » face à la quantité de tâche à accomplir pour le développement de l’atelier.
      Un jour… je reprendrai cette expérience mais pour l’instant je m’attelle à la construction plus ambitieuse d’une découpeuse laser.
      J’ai presque finis et je prendrai le temps de faire un article sur le sujet.
      à suivre :)

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*